HISTOIRE D’UNE ŒUVRE D’ALEXANDRE KUBASIK

REAKTOR WOLF de la série EMPIRIK SYSTEM

Une aventure artistique, musicale, animalière, géométrique, technique et industrielle.

Telles sont les influences qui ont nourri et accompagné l’artiste dans tout le processus créatif affichant 550 heures d’un travail acharné.

Tout d’abord, il a fallu calculer les angles, respecter les dimensions de l’étude du cahier des charges, se créer des instruments de mesures comme un compas géant avec un simple lacet pour tracer les grands cercles du réacteur.

Avec son moteur d’avion Rolls Royce encastré dans du béton armé, la corrosion et les éclats de bronze viennent renforcer l’effet accidenté du décor.

Alexandre s’est imaginé intégrer une tête de loup noir à la crinière en fusion qui rappelle la puissance d’une compression thermique, avec aussi la volonté de retransmettre le côté sombre du regard, que l’on retrouve dans le film A CLOCKWORK ORANGE (Orange Mécanique) du réalisateur Stanley Kubrick. 

Quelques Symboles importants empruntés au savoir-faire du monde de la joaillerie, du luxe et de la couture : 

Le Trident revisité MASERATI au centre de la tête de l’animal, la forme des oreilles du dieu ANUBIS de l’Egypte antique, leurs poils inspirés des manches en Y du CONCORDE avec les miroirs de l’ancien bar de l’hôtel de Crillon à Paris du sculpteur César.

Mais encore, le cadrant hublot aux 72 pales minutieusement découpées rappelle le style Gustave EIFFEL ainsi que les plaques d’aluminium en haut du tableau appelé « ligne centurion » par l’artiste, sont un clin d’œil au styliste Paco RABANNE.           

Tout ceci dans la volonté d’établir un mariage entre le côté structuré, cadré, mathématique, esthétique et de l’autre, la liberté de laisser le « hasard » placer ses ruines, sa rouille, ses traits comme il l’entend.

REAKTOR WOLF est sans conteste le tableau le plus dur et le plus long en terme de concentration et d’innovation jamais réalisé à ce jour par Kubasik.

L’enseignement retenu après cette construction y est d’autant plus savoureux quand votre cœur, vos yeux, vos mains vous disent STOP ! Arrête-toi là, ton œuvre est terminée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *